formation continue

"Campagne d'éducation digitale" : grande nécessité auprès des adultes

Le conseil fédéral a approuvé le 5 juillet le rapport et le plan d’action „éducation digitale“ du ministre des affaires économiques, Johann Schneider-Ammann. Une décision sur les investissements jusqu’à hauteur de 200 milions de francs pour les années 2019/2020 sera prise en automne. La FSEA demande qu’une partie importante des investissement soit destinée à la formation continue. Elle souligne le grand retard de formation des adultes.

La digitalisation ne représente pas seulement l'un des plus grands défis de notre temps, mais aussi l'une des plus grandes chances pour la Suisse de maintenir une position privilégiée dans la concurrence internationale. Cela implique toutefois, que les exigences sur les compétences, en vue de la digitalisation, sont renforcées. Il s'agit donc aussi de transmettre ces compétences conformément à ces changements.

„Je salue vivement le projet du conseil fédéral. L’important actuellement est que l’argent soit réparti correctement“, dit Matthias Aebischer, conseiller national et président de la FSEA.
L'initiative du ministre des affaires économiques Johann Schneider-Ammann est à saluer.
La FSEA rappelle qu'environ 1.5 millions de personnes ne disposent pas ou peu de compétences TIC en Suisse. Seul ce point est intolérable dans une société numérique, la majeure partie concerne les adultes qui doivent être formés, selon la FSEA.

C'est ainsi que la loi permet, sur la base des articles 13-16, que la Confédération et les cantons s'engagent pour un encouragement efficace des compétences en TIC. Elles permettent un accès universel à la société digitale pour tous les habitants de la Suisse.

La loi sur la formation continue ainsi que la loi sur la formation professionnnelle permettent à la Confédération d’établir des mesures d’incitation aux employeurs et ainsi d’investir de manière proactive dans la formation continue de leurs employés et ainsi de s’adapter aux changements. Outre les compétences TIC, les compétences méthodologiques, sociales et personnelles sont également concernées.

„Beaucoup de personnes ont ce manque de connaissance dans le domaine digital. Si nous ne faisons rien, ces personnes risquent de perdre tôt ou tard leur emploi, selon Matthias Aebischer.
La FSEA en tant que fédération faîtière de la formation continue s’investit pour que les instituts de formation, leurs contenus de formation et leur méthodes d’enseignement et d’apprentissage soient à la hauteur du changement digital. Dans ce contexte, des projets concrets et un soutien significatif sont nécessaires.
communiqué du conseil fédéral